Tout savoir sur...

Violences conjugales

Le Planning Familial de Mulhouse écoute, soutient et accompagne les femmes et les personnes victimes de violences conjugales.

Les violences conjugales en France

Chaque année, plus de 200 000 femmes sont victimes de violences conjugales en France. Cette violence reste encouragée et validée par de nombreuses institutions comme l'éducation, la culture ou la religion. 

Les violences conjugales peuvent être :

  • physiques : bousculades, coups, strangulations, brûlures, morsures, séquestrations..., 
  • psychologiques : intimidations, injures, humiliations, chantages affectifs...,
  • sexuelles : agressions sexuelles ou viols,
  • économiques : contrôle des dépenses, des moyens de paiement pour empêcher l'indépendance financière.

Certains auteurs de violences placent leur victime en situation de totale dépendance en confisquant des documents administratifs (carte vitale, papiers d'identité, passeport, diplôme, livret de famille, etc...).

En 2012, 146 personnes sont décédées, victimes de leur conjoint ou ex-conjoint, dont 121 femmes et 25 hommes. En moyenne, une femme décède tous les 2,5 jours, victime de son conjoint ou ex-conjoint. Aujourd'hui encore, seulement 16% des femmes victimes de violences conjugales portent plainte.

Accompagnement de femmes victimes de violences conjugales

Le Planning Familial 68 est un lieu d'écoute et de soutien pour les femmes et les personnes victimes de violences conjugales. Nous partageons nos locaux avec le CIDFF 68, centre d'information des droits des femmes et des familles, qui réalise l'accueil de jour pour les victimes de violence.

Cet accompagnement individuel permet aux femmes victimes de violences conjugales de briser le silence, de casser l'emprise et de reprendre confiance en elles. Nous pouvons également orienter les personnes qui le souhaitent vers des services compétents pour toutes les questions psycho-sociales (aide juridique, hébergement, etc...). 

Que dit la loi en France ?

Les personnes victimes de violences conjugales peuvent bénéficier de mesures de protection et entamer des poursuites pénales. Il leur est possible de quitter ou de rester au domicile conjugal.

Article 515-9 du Code Civil "Lorsque les violences exercées au sein du couple ou par un ancien conjoint, un ancien partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou un ancien concubin mettent en danger la personne qui en est victime, un ou plusieurs enfants, le juge aux affaires familiales peut délivrer en urgence à cette dernière une ordonnance de protection."

Cette ordonnance de protection peut inclure la mise en place de mesures temporaires telle que l'expulsion de l'auteur des violences du domicile conjugal.